Musique pluriculturelle
Musique pluriculturelle
189 Vendredi 03 Août 2018
0
0

Le public du festival international d’Hammamet ne le connaissait peut être pas, mais la soirée du 2 aout 2018 a rassemblé une foule de curieux venus de tout bord pour vivre une expérience sonore inédite : un bouleversement musical celtique.

Le prodigieux Nunez est bien plus connu dans le monde entier. Virtuose de haut niveau, il a fait bouger le public sur des airs celtes et médiévaux pendant plus d’1h30. La cornemuse galicienne, la gaita ou encore les flutes et le violon font partie intégrante de ses spectacles. Pour son rendez-vous à Hammamet, il s’est présenté avec son band : une présence féminine scénique, vêtue d’une langue robe rouge et muni de son violon, a ajouté du peps à sa troupe.

L’artiste jouit d’une notoriété mondiale très importante depuis plus de 20 ans. Il a percé grâce à son premier album « A Irlamandade das Estrelas » paru en 1996. Carlos s’est frayé rapidement un chemin parmi les plus grands grâce à un second album intitulé « Os Amores Libres » sorti en 1999 et vendu à plus de 250000 exemplaires, point de départ de ses expérimentations sonores qui ont vu fusionner des airs celtiques à son répertoire de flamenco et autres. Son répertoire est fortement teinté par ses influences et cela s’est fait sentir sur la scène du festival d’Hammamet. « Alborada do Brasil » dont un bon nombre de ses morceaux ont été joués efface les frontières existantes entre différentes nations, cultures, religions, contrés dans le monde et précisément les cultures brésilienne et galicienne.

Son style unique l’a aidé à s’établir en tant qu’artiste hors pair de la scène musicale mondiale grâce à sa capacité à rassembler différents gouts musicaux, des artistes du monde entier et à grâce à son ouverture à travers son art sur le monde entier.

Pendant le spectacle, et entre deux morceaux, Nunez partageait des expériences personnelles, racontait des anecdotes humoristiques et exprimait son coup de foudre pour le public tunisien présent. Son interactivité avec ses admirateurs est si intense et présente, qu’au final il les a toutes et tous poussé à venir sur scène peu avant la fin de son concert pour une danse collective. Un moment rare d’une grande convivialité.

L’Egypte s’invite à la soirée du 3 aout 2018 sur la scène du festival d’Hammamet. « Wust El balad » Groupe phare de la scène underground tunisienne promet un décollage imminent vers un univers sonore haut en son, frais et issu d’un Moyen-Orient jeune et dans la renaissance musicale. Le groupe s’était déjà produit à Tunis il y’a quelques années. Cet été il revient avec un tout nouveau répertoire, encore plus riche et éclectique.