Prouesses vocales et sonores
Prouesses vocales et sonores
158 Jeudi 02 Août 2018
0
0

L’étoile libanaise est parmi nous cet été ! Après un passage à Carthage, la voici sur la scène du théâtre de plein-air de Hammamet dans le cadre de la 54ème édition du festival. « Sold out », la chanteuse, à la présence sobre, légère et au charisme remarquable s’est adonnée pendant deux heures à une nuit musicale magique, sous la direction d’Oussama Rahabani.

22h, plus de 1000 spectateurs a déjà pris place et était aux aguets, attendant l’apparition de son idole. Une apparition qui s’est laissée désirer par Oussama Rahabani : il a pris le flambeau en premier, envoutant le public par un air musical long mais intense, préparant ainsi le terrain à sa jeune artiste.

Vêtue d’une longue robe noire, sa présence a fait l’effet d’un électrochoc auprès de ses innombrables admirateurs. Ces derniers, veinards, ont pu profiter de la présence de Tawaji, qui résonnait aux 4 coins de l’espace. Jouissant d’une notoriété récente sans égale, la star s’est faites connaitre grâce à ses prouesses musicales hors norme en puisant dans un répertoire garni de morceaux, nouveaux : parfois incontournables, d’autres moins connus. La chanteuse a pris les rênes de sa soirée, du début à la fin. Elle était le symbole même d’une jeunesse à la fois libre, émancipée mais attachée à son identité et s’adressant au passage à la femme tunisienne qui représente pour elle un symbole d’émancipation.

Sur scène, elle est accompagnée et soutenue par l’un des compositeurs les plus confirmée de sa génération « Oussama Rahabani ». Auteurs, tous les deux, de trois albums studio, Hiba tawaji doit sa notoriété récente à cet homme mais aussi à son  fameux passage télé au programme the voice.

Les paroles de leurs chansons sont si ficelées et pertinentes qu’il serait difficile de ne pas y succomber. En dehors de la musique, Tawaji devient la muse des Rahabanis puisqu’elle a décroché un premier rôle dans une comédie musicale. La prestation de Hiba Tawaji était exquise : partout ou elle passe, elle conquit son public. Le jury de The voice France n’a également pas résisté à la voix unique de cette étoile, devenue rapidement une icône du monde arabe. Hiba alterne surtout musique et théâtre : quand elle foule les planches, c’est toute la foule qui suit instinctivement.

Dans cette soirée, l’une des plus attendue de l’édition, elle a chanté en arabe, en tunisien et en français et a même offert à son public quelques reprises cultissimes dont une de Fayrouz. L’interaction avec son public reste unique et se fait encore plus sentir dans l’enceinte du théâtre. Elle a même invité un spectateur à danser la salsa sur scène, à ses cotés pendant plus de 5 minutes. Un moment de  détente qui a fait vibrer la foule entière. Elle a chanté des morceaux tels que « Helm », Khalass », « Min Elli byakhtar », « Tariiki » et a fini sur une note de « La bidaya wala nihaya ».  Orgasme sonore garanti !

Aout s’ouvre sur une note théâtrale : demain, 1er aout 2018, place à Chedly Arfaoui et à son équipe. Ensemble, ils présenteront « Freedom House », mise en scène par Arfaoui. Œuvre coup de poing de l’année passée, elle a marqué les férus du 4ème art lors de représentations programmées et des JTC.